Humeurs, trucs, tutos...
Vous êtes ici : Accueil » Le blog » Grmbl...Gnégnégna » FaceBook nous possède (traduction)

FaceBook nous possède (traduction)

D 9 juillet 2010     H 07:42     A François Rygaert (aka Suske)     C 0 messages


agrandir

Pourquoi je vais désactiver mon compte FaceBook... Beaucoup de choses ont déjà été écrites à ce propos. Pour entamer cette série, je vous livre ici ma traduction perso d’un billet posté par Peter, sur son blog "Copy me happy".

24 Avril 2010 | Pas de catégorie

FaceBook est devenu le système de planification d’événements. C’est l’endroit où vous avez tous vos amis (et d’autres personnes), plus ou moins classés et organisés. L’un dans l’autre, c’est le système organisé dans ce chaos connu sous le nom d’internet.

Ceci mène FaceBook droit à un état de monopole virtuel. Il y a beaucoup de problèmes liés aux monopoles, mais celui qui m’intéresse quand on parle de FaceBook, c’est l’impact qu’il a sur nos vies sociales, tant en ligne que hors ligne.

Un de mes amis crée des vidéos musicales. Il est très bon là dedans. Il en est aussi très fier, du coup il les met en ligne sur FaceBook pour les montrer à ses amis et relations. C’est la manière la plus pratique de le faire : chacun de nous est présent là.
FaceBook n’aime pas ce comportement, cependant. Ils ont effacé les vidéos et dit à mon ami qu’il violait le copyright. Malgré qu’ils n’aient absolument pas le moindre indice pour déterminer si c’est bien le cas ou pas.

Mon ami et moi sommes tous deux très soucieux que les gens soient traités comme ils le devraient. Nous n’acceptons pas qu’on nous débite des idioties. C’est pourquoi mon ami a voulu se mettre au niveau de FaceBook, d’une certaine manière, puérile. Il a mis à jour son image de profil avec une image d’appareil génital masculin. Assez anodin. Les amis qui verraient cette image rigoleraient ou seraient un peu ennuyés d’avoir un ami aussi puéril.

Bon, que se passe-t-il quand vous faites un truc de ce genre ? FaceBook vous supprime. Ils vous effacent de la surface digitale de la terre. Toutes les images dans lesquelles il était taggé semblent avoir disparu (à l’heure actuelle, je ne trouve pas une seule image où il figure). Il n’est plus dans ma liste d’amis. FaceBook n’a pas envoyé un avis signalant que mon ami avait été effacé. En fait j’ai découvert qu’il n’était plus sur FaceBook lorsqu’il n’a pas suivi le mouvement vers Flattr, lorsque quelqu’un me signala qu’il n’avait jamais reçu d’invitation. C’était des semaines plus tard, et je l’avais aussi invité à un autre truc où il ne s’était pas montré non plus. Je sais pourquoi à présent.

Comme tout le monde aujourd’hui, j’invite les gens via les événements FaceBook. S’ils ne sont pas présents sur FaceBook, ils ne seront pas invités, c’est trop de soucis, et "tout le monde est sur faceBook" à quelques exceptions près. cela signifie que si FaceBook supprime un ami de votre catalogue en ligne, vous pourriez très bien perdre aussi le contact hors ligne avec elle ou lui. Ce n’est pas acceptable. Dans une démocratie, on casse les monopoles et on permet l’émergence de concurrents (certains d’entre eux sont assez honnêtes d’ailleurs). Sur FaceBook, on nous traite comme des marchandises.

Nous sommes tous dans le même pétrin. FaceBook nous possède, tant dans nos relations en ligne que hors ligne. S’ils ont des objections morales contre vous, vous pourriez être supprimé-e. Vous n’êtes sûr-e de rien.

Je ne veux plus supporter ça désormais. Y-a-t-il un autre système, ouvert dans le sens où il fait de moi le maître de mon propre profil, où il me protège des décisions morales de quelqu’un d’autre ? FaceBook a (jusqu’ici) censuré 4 de mes sites, interdits de publication sur leurs "murs", interdits dans les mails de FaceBook, etc. Je ne suis plus autorisé à parler de choses qu’ils désapprouvent. Je ne suis pas autorisé à savoir pourquoi. Ils ne tolèrent pas certains de mes amis. Nous devrions tous partir, nous ne somme visiblement pas les bienvenus !

Pour moi, c’est édifiant.

On pourra bien sûr objecter qu’aucune boite privée n’est obligée de tolérer des insanités sur son site, blabla. C’est évident. C’est le problème. Du coup, la boite privée réagit de manière démesurée et intempestive, sans la moindre compréhension de l’humain, sans accorder de droit à l’erreur, sans mettre en place de solution acceptable. Un service public serait contraint de mettre en place un système de réaction plus équilibré, plus démocratique, plus transparent.

Pour faire très bref : si une image de profil déplait, le signaler, la retirer... Ne serait-ce pas suffisant ? Par ailleurs, supprimer un compte quand on offre aucune possibilité de mettre du contenu dans FaceBook depuis l’extérieur (sans compte) et que d’autre part tout le fonctionnement du site vise à capter et confiner les utilisateurs, ce n’est pas acceptable.

Voilà tout pour ce billet. Il y a bien d’autres choses à dire, sur d’autres plans aussi, j’y reviendrai.


Voir en ligne : Billet original : Facebook owns us


A l’instar de l’original, cette traduction est libre de tout droit. Faites en ce que vous voulez :-)

<article66|flattr>

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?