Humeurs, trucs, tutos...

Chapitre 1 : la préhistoire

D 9 mars 2007     H 12:12     A François Rygaert (aka Suske)     C 0 messages


Déjà fin des années 1970, les heureux possesseurs d’antiques Commodore et autres Sinclair s’échangeaient à l’occasion des logiciels de jeux, de musique ou autres.

Leur prix était suffisamment haut, leur disponibilité et leurs performances suffisamment basses et le secteur suffisamment neuf pour que personne ne s’en offusque sérieusement. Surtout que les "transactions" illégales se passaient "en vraie vie", de la main à la main. Le réseau des réseaux n’était qu’en gestation et les Bulletin Board System n’avaient pas encore réellement démarré. Donc la copie, c’était en quelques sorte de l’entraide, même si elle se rémunérait parfois sous le manteau à la récréation ;-)

Au début des années 1980, le PC fait son apparition chez les particuliers. Comptez 1250€ (enfin... 50.000 FB de l’époque !) pour une machine avec un processeur cadencé à 1Mhz, deux lecteurs de disquettes souples (360Kb chacune), 640Kb de Ram, un clavier et un écran (monochrome puis de 2 à 256 couleurs selon l’époque). Pas de souris, pas de disque dur.

Acheter un PC, c’était acheter des composants assemblés. Généralement, les vendeurs vous passaient aussi une disquette système contenant DOS 5/6/7 [1] et une autre contenant l’un ou l’autre logiciels, dont un traitement de texte. Il fallait bien sûr installer l’OS à chaque démarrage et le système passait son temps à lire des informations sur les disquettes, les mettre en Ram, les traiter, écrire des résultats sur disquettes...

Pour trouver d’autres logiciels à moindre cout, il y avait quelques revues qui contenaient des listings de code source "au kilomètre" (à taper vous même...) et d’autres qui proposaient même des disquettes contenant l’un ou l’autre programme "shareware", prêt à l’emploi. L’idée simple du shareware : mettre un logiciel à disposition de tous, gratuitement, tout en demandant un payement si l’utilisateur est content du logiciel. Cela permettait de distribuer son produit sans avoir à supporter le cout de canaux de distribution. Quelques-uns ont parfois reçu des chèques, mais je crois que l’intérêt principal c’était soit le fun soit l’embauche...

Au niveau du matériel, les extensions étaient peu maniables et très chères. Rares étaient les détenteurs de modems ou de modules son. Pour l’imprimante, le top c’était d’avoir 24 aiguilles [2] et un maximum de polices de caractère embarquées [3].

Dans le même temps, la marque a la pomme préparait son premier "Mac". Et en 1984, ce fut une mini révolution. La machine était livrée fonctionnelle, avec une base logicielle (OS, traitement de texte, jeux), un écran noir et blanc petit mais qui proposait des dégradés de gris très subtils et du son ! Allumer un Mac, pour l’habitué du PC, c’était découvrir un monde inconnu de fenêtres, d’icônes et de touches de fonctions unifiées. Sous DOS, les interfaces graphiques se résumaient généralement à des alignements de caractères horizontaux ou verticaux dans un écran de 42 lignes/80 colonnes ;-) On n’en était qu’aux balbutiements des logiciels "Wysiwyg [4]" et les jeux se débrouillaient pas mal en 4 ou 16 couleurs mais bon.

Donc, avantage à Mac pour les logiciels fournis et la maniabilité mais sous DOS on pouvait espérer un peu de couleurs et les PC étaient réputés extensibles, ce qui était cher mais moins qu’avec un Mac.

Du côté des logiciels, c’était la débrouille ou le coup de fusil dans le portefeuille : forcément, la copie avait de beaux jours devant elle...

(A suivre...) [5]


Voir en ligne : Histoire de l’informatique


[1Biffer la mention inutile

[2Comptez encore 7.000 FB en 1990.

[3C’est l’imprimante qui permettait de changer les caractères, pas le logiciel utilisé... Si, si...

[4What you see is what you get = Ce que vous voyez, vous l’obtenez

[5Ce billet devait faire partie d’une série... Que j’ai entamée en avril 2006. A ce rythme là, elle sera finie en 2012. On a le temps non ?

Dans la même rubrique

16 mars 2007 – Chapitre 2 : l’histoire

17 avril 2006 – Prologue

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?